Sommeil, obésité et diabète : les différents liens

L’étude indique que la privation de sommeil induit une résistance à l’insuline, c’est-à-dire un état de pré-diabète. On vit dans une culture qui est fière d’avoir peu de sommeil. Les personnes qui dorment neuf heures par jour sont considérées comme paresseuses, tandis qu’on admire celles qui, en cinq ou six heures, ont déjà sauté du lit. Pendant les 5 millions d’années qui ont précédées, cette espèce a vécu dans un monde sans lumière électrique, dans lequel la routine du sommeil et de l’éveil s’organisait selon l’alternance des jours et des nuits. La clarté qui a atteint les cellules photosensibles de la rétine au lever du soleil a stimulé les zones du cerveau responsables du contrôle de la division cellulaire, de la production des hormones et des protéines impliquées dans les réactions métaboliques nécessaires pour faire face à la lutte quotidienne.

Les rythmes circadiens

Chaque personne dispose de rythmes biologiques qui régulent l’activité de notre corps. Parmi ces rythmes, les rythmes circadiens caractérisent notre rythme de vie sur 24 heures avec alternance d’une phase de sommeil la nuit et de veille le jour. Cette horloge interne fait partie de notre héritage biologique et peut varier légèrement d’un individu à l’autre. Elle est cependant synchronisée par les principaux repères temporels que sont la lumière du jour et l’activité sociale. Malgré cela, certains ont tendance à se lever plus tard ou plus tôt. Mais une chose est sûre, ces rythmes sont essentiels au bon équilibre de l’organisme et leurs perturbations répétées : troubles du sommeil, travail de nuit, travail de jour avec absence de luminosité, horaires décalées ont un impact sur la santé.

Les principaux troubles du sommeil

Bien dormir, de façon régulière 8 h par nuit en moyenne, est nécessaire à l’organisme et permet une bonne récupération. Si certains ont besoin de 9 h et d’autres seulement 6 h pour se sentir en forme : gros et petits dormeurs, un temps de sommeil au-delà de 10 h ou en dessous de 5 h est un signal d’alerte et peut cacher un trouble du sommeil. Les principaux troubles du sommeil sont les suivants : 

– insomnie : sommeil trop court : difficulté à s’endormir, sommeil de mauvaise qualité, réveils multiples dans la nuit ou très tôt le matin
– hypersomnie : sommeil trop long, sommeil régulier ou de rattrapage, le week-end, en vacances, somnolence diurne : tendance excessive à s’endormir dans des situations de la vie courante.
– syndrome des jambes sans repos : sensations d’inconfort dans les jambes qui obligent à se lever
– syndrome d’apnées hypopnées obstructives du sommeil : arrêts répétés de la respiration pendant le sommeil.

Effets du sommeil sur le diabète

Les troubles du sommeil peuvent avoir un effet sur le diabète, le surpoids et l’obésité. Les études montrent qu’un sommeil réduit provoque une dérégulation du métabolisme glucidique : baisse de 50 % de l’action de l’insuline, baisse de 30 % de la quantité d’insuline produite, terrain favorable à l’apparition du diabète ou à l’aggravation d’un diabète existant. Pendant le sommeil, les cellules adipeuses secrètent une hormone : leptine qui met en veille la sensation de faim. Le jour l’estomac, lui, secrète une autre hormone : ghréline qui facilite la prise alimentaire. La diminution du temps de sommeil poussent les personnes à manger plus, ce qui accroît le risque d’obésité.

Effets du diabète sur le sommeil

Le diabète peut-être une cause d’altération du sommeil. Certaines insomnies sont, en effet, liées à des troubles de la régulation glycémique : notamment en cas d’hypoglycémies nocturnes, fréquentes chez les diabétiques de type 1. Les changements rapides de niveau de glucose pendant la nuit peuvent provoquer des réveils nocturnes, facteurs d’insomnie. Certaines complications du diabète comme l’envie fréquente d’uriner : polyurie, les douleurs musculo-squelettiques : qui obligent à se lever plusieurs fois dans la nuit peuvent être aussi la cause d’insomnies. Le syndrome des jambes sans repos peut résulter de l’atteinte nerveuse : neuropathie liée au diabète. La rétinopathie diabétique peut, elle, gêner la vision de la lumière et pousser la personne diabétique à une sous-exposition avec un effet sur les rythmes circadiens.

Alimentation et sommeil

Certains aliments sont plutôt stimulants et favorisent l’éveil comme les protéines, quand d’autres favorisent l’endormissement comme les glucides. Éviter donc de manger de la viande en grande quantité le soir, mais vous pouvez vous autoriser un dessert ou une boisson sucrée : une tisane, par exemple qui favorise le sommeil et empêche d’avoir faim au moment du coucher. Diabète et sommeil sont donc intimement liés. Pas étonnant donc qu’ils aient en commun les mêmes mesures hygiéno-diététiques : limiter l’alcool, manger sainement, pratiquer une activité physique régulière. En améliorant l’un, on contribue à l’équilibre de l’autre et inversement.

L’article sur le diagnostic du diabète

Au contraire, l’arrivée de la nuit a modifié le métabolisme afin de synthétiser de nouvelles protéines et hormones, des neurotransmetteurs, de la mélatonine et d’autres médiateurs pour rendre les gens plus contemplatifs, avec une musculature plus détendue et prédisposée à trouver un coin dans la grotte pour passer en mode hibernation. Dans l’évolution, par rapport à cet ordre naturel, l’ensemble des réactions biochimiques responsables du métabolisme des animaux – mais aussi des plantes, des champignons et des bactéries, s’est organisé en cycles quotidiens d’une durée d’environ 24 heures, une caractéristique qui a reçu le nom de rythme circadien du latin : circa diem, environ un jour. Bien que les cycles circadiens soient contrôlés par des mécanismes endogènes auto-ajustables indépendants de la conscience, des facteurs externes peuvent interférer avec leur durée. Parmi elles, la plus importante est la lumière du soleil ou les sources artificielles, en particulier celles qui émettent la bande bleue du spectre lumineux. Les êtres humains maintenus dans une pénombre silencieuse pendant 28 heures ne résistent pas en veille. L’interférence avec la durée des jours et des nuits qui subvertit l’alternance de l’exposition à la lumière et à l’obscurité est à l’origine du phénomène connu sous le nom de décalage horaire. Pour ceux qui sont contraints par le travail à passer des mois ou des années dans des cycles irréguliers de jour et de nuit, ces changements seraient-ils également réversibles.

La manque de sommeil

Les enquêtes épidémiologiques menées au cours des 20 dernières années ont évalué les effets délétères que le manque chronique de sommeil a sur la santé humaine. Certains d’entre eux ont émis l’hypothèse que le fait de dormir ne réduirait pas la longévité. Une étude menée à l’hôpital des femmes de Boston a révélé que les jeunes hommes privés de sommeil pendant une semaine seulement développent une résistance à l’insuline, une condition qui entraîne une augmentation de la concentration de glucose dans le sang, caractéristique du diabète. Les auteurs de cette étude viennent de la mettre à jour dans une publication dans la revue “Médecine translationnelle scientifique”. Pendant six semaines, ils ont gardé 21 participants dans l’une des suites que l’hôpital a transformé en laboratoire d’étude du sommeil. Tous étaient soumis à un régime qui ne leur permettait de dormir que cinq ou six heures par période de 24 heures. L’heure du coucher changeait tous les jours. Pour perturber le rythme circadien, les pièces n’avaient pas de fenêtres et les cycles de lumière et d’obscurité étaient programmés pour durer 28 heures au lieu des 24 habituelles. Afin d’éviter que le rythme circadien ne se réajuste de lui-même, l’éclairage a été maintenu à des niveaux équivalents au coucher du soleil. Aucun accès à la télévision, à la radio ou à Internet n’était autorisé.

Le sensibilité insuline

Les échantillons de sang prélevés à jeun ont montré des concentrations plus faibles d’insuline, associées à des taux de glucose plus élevés, chez tous les participants. Dans trois d’entre eux, la glycémie a atteint la fourchette de 100 à 120, appelée pré-diabète. L’énergie dépensée au repos qui quantifie combien de calories le corps consomme à l’arrêt a baissé en moyenne de 8 %. Si ce niveau de consommation énergétique plus économique était maintenu pendant un an, il entraînerait une augmentation du poids corporel de près de 6 kilos. Après une période de récupération de dix jours, au cours de laquelle les participants sont restés au laboratoire, mais ont été maintenus dans des cycles de lumière et d’obscurité de 24 heures, mais ont dormi dix heures durant la nuit, la sécrétion d’insuline et les niveaux de sucre dans la circulation sont revenus à la normale. Pour ceux qui sont contraints par le travail à passer des mois ou des années dans des cycles irréguliers de jour et de nuit, ces changements seraient-ils également réversibles ?


IMC

IMC


L'indice de masse corporelle est un indicateur utile des risques pour la santé liés à un surpoids et à un poids insuffisant. C'est une valeur qui permet d'évaluer la corpulence d'une personne. Ce calcul prend en compte à la fois la taille, et à la fois le poids.

lebootcamp

Bootcamp


C'est une méthode minceur, créée par Valérie Orsoni, pour retrouver et stabiliser le poids idéal. Elle est formée de 4 phases Detox, Attaque, Équilibre, Booster et dispose 4 piliers : la nutrition, le fitness facile, la motivation et la gestion du stress et du sommeil.