La relation entre les émotions et le surpoids

Le surpoids est l’un des grands problèmes du monde contemporain. Jusqu’à présent, la science n’a pas entièrement expliqué les processus microbiologiques qui conduisent à l’obésité. On sait que de multiples facteurs peuvent entraîner une prise de poids, mais certains aspects restent une énigme. Par exemple, la relation entre les émotions et le surpoids. Les cas de surcharge pondérale ont augmenté dans le monde entier. L’Organisation mondiale de la santé parle d’une épidémie, surtout dans des pays comme les États-Unis, le Royaume-Uni, le Mexique ou la Chine, où le nombre de personnes obèses a doublé et triplé en peu de temps. Cette situation a également créé des mythes et des préjugés sur le surpoids. Tout un univers symbolique a été construit autour de l’obésité. Elle est souvent associée à un manque d’attention, ce qui n’est pas vrai dans de nombreux cas. Il y a cependant des gens qui suivent des régimes tout le temps et qui ne perdent pas de poids. Elle est également associée à la taille des laids et des indésirables. Cela donne également au sujet un fort poids psychologique. Il y a quelques décennies, la science a commencé à étudier l’influence des émotions sur la tendance à la surcharge pondérale. Les régimes hypocaloriques et une activité physique constante ne suffisent parfois pas pour obtenir des résultats optimaux. Cela a conduit à penser qu’il existe des facteurs associés appartenant à la sphère de l’inconscient.

Poids et surcharge pondérale

D’un point de vue strictement anatomique, l’accumulation de graisse dans le corps n’est pas toujours le signe d’un surpoids. En augmentant la quantité de graisse, le poids augmente. C’est clair. Ce qui n’est pas aussi clair, c’est de savoir si cette augmentation de l’adiposité se reflète dans le poids global d’une personne. En effet, il est fréquent qu’une augmentation du pourcentage de masse grasse corresponde à une réduction de la masse musculaire. Cela signifie que le poids d’une personne ne reflète pas nécessairement la quantité de graisse accumulée. Et perdre du poids n’est pas synonyme de minceur. Enfin, ce qui inquiète beaucoup de gens n’est pas le poids de leur corps, mais la forme qu’il prend. La graisse accumulée à certains endroits devient visible et indésirable parce qu’il existe un modèle de silhouette idéal. Un individu avec des roulements à la taille ou un abdomen proéminent peut peser autant qu’une personne beaucoup plus mince, mais qui a une masse musculaire plus développée. Dans l’ensemble, le poids en lui-même n’est pas le problème. Ce qui affecte psychologiquement beaucoup de gens, c’est le contraste entre leur silhouette et leur silhouette idéale.

Facteurs inconscients affectant le poids

Il est prouvé scientifiquement que certaines personnes ont tendance à accumuler de la graisse avec une certaine facilité. Leur corps possède une résistance particulière pour mobiliser la graisse accumulée. Pour déterminer la raison de ce phénomène, il faut revenir à la fonction essentielle du tissu adipeux : il agit comme une réserve de calories ou d’énergie. Il existe des fantasmes inconscients associés à la réserve et à la rétention de graisse dans le corps. D’une manière générale, l’accumulation de tissu adipeux est une réponse adaptative à des temps de pénurie hypothétiques. La graisse est stockée de manière à pouvoir être utilisée en période de pénurie. Les oiseaux migrateurs, par exemple, augmentent la quantité de masse graisseuse avant leur voyage fatiguant. Chez l’homme, le corps accumule de la graisse en se basant sur un fantasme de rareté future, en la concevant comme un approvisionnement à long terme. Ce fantasme, à son tour, est lié à un autre fantasme d’autosuffisance : ne pas avoir besoin de quoi que ce soit ou de qui que ce soit d’autre que soi pour assurer la continuité de la vie. Enfin, le changement de la forme du corps dépend d’un troisième fantasme : s’échapper de la forme, c’est-à-dire rompre la norme. Dans ce cas, la forme réelle. Les chercheurs concluent que le surpoids pourrait être une forme de défense liée à un conflit inconscient lié à un sentiment d’incapacité. La surcharge pondérale est une façon de se réserver pour une action que l’on n’entreprend finalement pas par peur de ne pas pouvoir la réaliser. L’augmentation de la corpulence serait une sorte de compensation pour ce sentiment d’impuissance. En fin de compte, le sujet est incapable d’accepter le sentiment inconscient d’impuissance et cache le conflit en étant en surpoids. D’une manière ou d’une autre, il est nécessaire de différencier le risque physique, particulièrement élevé chez certaines personnes et lié au surpoids, du malaise psychologique généré par le manque de correspondance de son corps aux normes de beauté imposées par la société. La vérité est que les deux circonstances coexistent généralement, de sorte qu’une bonne évaluation est importante et fondamentale. En ce sens, il est possible d’utiliser la motivation du patient liée au désir d’être en forme pour suivre certains exercices et une alimentation précise, ainsi que le métabolisme, sont les principaux facteurs de régulation du poids.

Le poids et le surpoids

D’un point de vue strictement anatomique, l’accumulation de graisse dans le corps ne se convertit pas nécessairement en surpoids. L’augmentation de la quantité de graisse génère l’augmentation du poids. Ceci est clair. Ce qui ne l’est pas en revanche est de savoir si cette augmentation de l’adiposité se répercute sur le poids global d’une personne. Très souvent, l’augmentation de la quantité de graisse se traduit par une diminution de la masse musculaire. Cela signifie que la quantité de kilogrammes que possède une personne ne reflète pas nécessairement la quantité de graisse qu’elle a accumulé. Et perdre du poids n’est pas toujours synonymes de minceur. Finalement, ce qui importe n’est pas le poids du corps mais la forme de ce dernier. La graisse accumulée dans certaines zones sont visibles et indésirables, car il existe des modèles de silhouettes idéales. Une personne avec des bouées autour de la taille ou avec de la graisse abdominale peut peser le même poids qu’une autre plus mince mais disposant d’une quantité de masse musculaire plus importante. Au final, le poids lui-même n’est pas un problème. Ce qui affecte psychologiquement de nombreuses personnes est le contraste entre leur silhouette et le modèle de silhouette idéale.

Les facteurs inconscients du surpoids

Il existe des preuves scientifiques comme quoi certaines personnes ont tendance à accumuler de la graisse avec une certaine facilité. Leurs corps présentent par ailleurs une résistance particulière pour mobiliser la graisse accumulée. Afin de comprendre pourquoi ce phénomène se produit, le médecin argentin se réfère à à la fonction essentielle du tissu adipeux : servir de réserve de calories ou de réserve d’énergie. Le surpoids pourrait être une forme de défense lorsqu’il existe un conflit inconscient lié à un sentiment d’incapacité. La graisse accumulée est une manière de se réserver pour un acte qui finalement ne sera pas accompli par crainte de ne pas en être capable. L’augmentation de la corpulence serait une sorte de compensation de ce sentiment d’impuissance. En fin de compte, un sentiment inconscient d’incapacité n’est pas toléré et le conflit est dissimulé par le surpoids. Quoiqu’il en soit, il est nécessaire de différencier le risque physique que peut engendrer le surpoids pour certaines personnes avec le mal-être psychologique que peut provoquer le fait de ne pas correspondre aux canons de beauté gouvernant notre société. La réalité est que les deux circonstances cohabitent généralement, d’où l’importance d’un bon diagnostic. Par ailleurs, il est possible de recourir à la motivation du/de la patient(e) pour améliorer sa situation afin d’établir un programme physique et alimentaire adapté, ces derniers étant, avec le métabolisme, les principaux régulateurs du poids.


IMC

IMC


L'indice de masse corporelle est un indicateur utile des risques pour la santé liés à un surpoids et à un poids insuffisant. C'est une valeur qui permet d'évaluer la corpulence d'une personne. Ce calcul prend en compte à la fois la taille, et à la fois le poids.

lebootcamp

Bootcamp


C'est une méthode minceur, créée par Valérie Orsoni, pour retrouver et stabiliser le poids idéal. Elle est formée de 4 phases Detox, Attaque, Équilibre, Booster et dispose 4 piliers : la nutrition, le fitness facile, la motivation et la gestion du stress et du sommeil.