Un régime pauvre en glucides peut-il ralentir la croissance d’une tumeur cérébrale agressive ?

Des chercheurs de l’université de Floride ont réussi à ralentir la croissance d’une tumeur cérébrale, notoirement agressive chez un modèle de souris en suivant un régime pauvre en glucides. L’étude a été menée sous la direction de Brent Reynolds, professeur au département de neurochirurgie de Lillian S. Wells. Les scientifiques participants ont découvert qu’un régime alimentaire riche en graisses et pauvre en glucides, qui contenait également un dérivé de l’huile de noix de coco, aidait à réduire la croissance des cellules tumorales d’un glioblastome. La durée de vie des modèles de souris a ainsi été prolongée de 50 %. Le glioblastome est la tumeur cérébrale la plus fréquente chez l’adulte. À l’heure actuelle, il n’existe pas de traitement efficace permettant aux patients de survivre à long terme. Si le diagnostic est établi, les personnes touchées ne survivent en moyenne que 12 à 15 mois, selon les chiffres de l’Institut national du cancer.

L’approche du traitement n’est pas nouvelle.

Les résultats représentent une nouvelle variante d’une idée en fait ancienne : le régime dit cétogène est utilisé depuis près de 90 ans pour réduire les crises d’épilepsie. À l’avenir, une version du régime cétogène, riche en graisses et pauvre en glucides, pourrait également être utilisée pour couper les cellules tumorales d’un glioblastome de leur approvisionnement énergétique. Les tumeurs du glioblastome nécessitent d’énormes quantités d’énergie pour leur croissance. L’intervention alimentaire fonctionne en fin de compte en limitant drastiquement l’apport en glucose.

Le traitement seul ne promet aucun remède.

Bien que cette méthode se soit avérée efficace dans les modèles animaux précliniques, il convient de noter qu’il ne s’agit en aucun cas d’une approche curative. Néanmoins, les auteurs sont tellement satisfaits de ce qui a été réalisé que la prochaine étape, les tests sur les humains, semble avoir un sens et est recherchée. Le plan nutritionnel modifié étudié par l’équipe de Reynolds contenait un dérivé de l’huile de noix de coco. Il s’agit d’un triglycéride spécial à chaîne moyenne, car il est capable de remplacer certains glucides comme source d’énergie.

L’alimentation apporte aussi plus de bien-être.

Les patients atteints de cancer peuvent le trouver plus appétissant parce qu’ils peuvent manger plus de glucides et de protéines qu’avec le régime cétogène classique. Il estime que les personnes malades ont besoin d’autant de confort que possible et une bonne alimentation est un élément important de ce confort. Cette conviction a finalement conduit à la question de savoir s’il est possible de développer une alimentation saine qui soit à la fois savoureuse et facile à utiliser pour le patient.

L’espérance de vie du modèle de souris 50 % plus élevée

En utilisant des cellules de glioblastome humain dans un modèle de souris, les chercheurs ont découvert que le régime alimentaire modifié, riche en graisses et pauvre en glucides, augmentait l’espérance de vie moyenne des animaux de 50 %. La progression des tumeurs a également été réduite dans une mesure très similaire. Selon les scientifiques, le régime alimentaire, en plus de couper l’approvisionnement énergétique, peut également affecter la croissance des cellules de glioblastome en altérant une voie de signalisation cellulaire que l’on trouve fréquemment dans le cancer. Le régime modifié ne tire que 10 % de ses calories des glucides contre 55 % dans le groupe témoin. Alors que le régime cétogène et sa version modifiée montrent une efficacité similaire contre les tumeurs dans les modèles de souris, Reynolds pense que ce dernier est plus complet en termes d’alimentation et potentiellement plus attrayant pour les patients atteints de cancer, car il permet un choix d’aliments beaucoup plus large.

Davantage de recherche est nécessaire

Bien que les chercheurs ne sachent pas encore avec certitude pourquoi cette forme de régime est si efficace, les scientifiques se réfèrent à des données préliminaires suggérant que le régime modifié rend les tumeurs du glioblastome plus sensibles au traitement par des médicaments radio et chimiothérapeutiques. Le groupe de recherche considère donc la nutrition comme une thérapie complémentaire qui pourrait à l’avenir accompagner la chimiothérapie et la radiothérapie. Bien que des recherches supplémentaires soient nécessaires à cet égard, il est concevable que le régime alimentaire puisse également constituer un traitement secondaire, potentiellement efficace pour d’autres types de cancer. M. Reynolds est convaincu que cette approche alimentaire simple permettra également de réduire la progression des tumeurs chez l’homme et d’améliorer la qualité des soins et des traitements. Toutefois, le succès de la méthode dépend toujours de l’activité métabolique de la forme particulière de cancer. Les tumeurs qui sont comparativement peu exigeantes et consomment peu de glucose répondent aussi logiquement moins bien ou pas du tout à cette forme de thérapie. Ensuite, il veut examiner son régime alimentaire dans le cadre d’un essai clinique. En raison des règles de sécurité strictes, il faut généralement plusieurs années pour lancer de tels essais sur l’homme. Cependant, il est optimiste quant à la possibilité d’un traitement beaucoup plus rapide dans son cas, car la thérapie n’est qu’une modification de l’alimentation. Ces modifications et l’huile de triglycérides à chaîne moyenne ajoutée n’ont pas d’effets secondaires connus.


IMC

IMC


L'indice de masse corporelle est un indicateur utile des risques pour la santé liés à un surpoids et à un poids insuffisant. C'est une valeur qui permet d'évaluer la corpulence d'une personne. Ce calcul prend en compte à la fois la taille, et à la fois le poids.

lebootcamp

Bootcamp


C'est une méthode minceur, créée par Valérie Orsoni, pour retrouver et stabiliser le poids idéal. Elle est formée de 4 phases Detox, Attaque, Équilibre, Booster et dispose 4 piliers : la nutrition, le fitness facile, la motivation et la gestion du stress et du sommeil.